RETOUR BREF SURVOL DE LA
LITTERATURE OCCITANE
ORIGINES
XVIe-XVIIIe siècles
XIXe-XXIe siècles
BIBLIOGRAPHIE


Parler mon « patois » fut imposé comme une marque d'aliénation mentale.
Le progrès, la liberté, c'était le français comme maintenant c'est l'anglais.
Aléas du colonialisme économique...
Défendre l'occitan n'est ni un signe de régression ni une volonté d'agression :
c'est défendre la diversité culturelle sans laquelle il n'y a plus de vie.
C'est respecter ma dignité et, par là même, la tienne.
Illustracion traguda de Philippe Gardy « Histoire et anthologie de la littérature occitane »
Tome II, « L'âge du baroque - 1520-1789 », Les Presses du Languedoc, 1997





ACCUEIL AUX ORIGINES DE LA
LITTERATURE OCCITANE
XVIe-XVIIIe siècles
XIXe-XXIe siècles
BIBLIOGRAPHIE
Illustracions tragudas de Robert Lafont « Histoire et anthologie de la littérature occitane »
Tome I, « L'âge classique », Les Presses du Languedoc, 1997

TRADUCTION EN FRANCAIS EN FIN D'ARTICLE


A l'esquerra : Guilhem IX d'Aquitània, duc de Peitius
Guilhem de Peitius, B.N. Ms. Fr. 12473 fol 128


A la drecha : Una pagina dau Boeci (vv. 133-274)
Orleans, Biblioteca municipala

       Dins un país de lònga romanizacion, en relacion  ambé lei culturas
  jusieva, araba,  berbera, entre  Al Andalós e  Leire,  Atlantic e Aups,
  nasquèt la primiera literatura escricha de lenga romana, a l´entorn dei
  grands monastèris de Lemòtges e Peitius.
       Coma l´escriu  Joan  Larzac, au tèmps que l´occitan se parlava pas
  encara  Arle raionèt  « amb  St Onorat  e sos disciples  de l’abadiá de
  Lerins,  formant amb  la Marselha  de Cassian  un fogau intellectuau ».
  Cita : « Prospèr  d´Aquitània e los Bordaleses Paulin de Nòla, disciple
  d´Ilàri  de Peitius,  Sulpici Sevèr  e Ausòni,  qu´estudièt a Tolosa ».
  Tanben  lo poèta  Sidòni  Apollinari,  avesque de  Clarmont e Fortunat,
  de Peitius.
       « La literatura  d´òc  naisse sota lo  triple signe d´amor, jòia e
  jovença. »  Nombra  « quauqueis òbras  sauvadas dau naufratgi »,  es de
  dire mai que mai de guerras  de conquistas menadas per de poders au nom
  de la  gleisa e de la libertat  : cançons populàrias, poesia religiosa,
  gaire d’epopèas en  rapòrt de çò que probable fuguèt. Mai  « la matèria
  d´Occitania donèt en este començança dau sègle XIIen la cançon de gèsta
  mai viva : aquesta de Girart de Rossilhon. » Lo trobar se  morirà de la
  Crosada  albigesa,  mai aguèt un grand  raionament en França e dins lei
  país vesins.
       Cançons,  sirventès,  qu´es de poesia  satirica,  vidas  e planhs,
  peças dialogadas nos parlan dei trobadors. Vidas e razons  (comentaris)
  son de pròsa.

       Lo primier  que  nos  demòran d´òbras èra un grand senhor, Guilhem
  IX de Peitius, duc d´Aquitània, grand de la reina  d´Anglatèrra Alienor,
  protectora  de trobadors e de  « trouvères ». Guilhem,  sovent  galhard,
  canta  la Dòna e  l´amor de luènh. Lei  joglars menèron  d´en pertot sei
  cançons, eu cantava solament per sei pròchis.

A l'esquerra : Jaufre Rudel
Jaufre Rudel, B.N. Ms. Fr. fol 121


A la drecha : Detalh d'un plafon medievau de Montpelhier
Fotò G. Zuchetto

       Lo  trobar lèu de Jaufre Rudel,  prince de Blaia, que canta l´amor
  de luènh, es una  « poesia que vèn naturalament ». Marcabrù, d´un mitan
  clericau,  inventa lo trobar clus escur e ornamentat.  Es còntra l´amor
  cortés e li devèm la primiera pastora coneissuda. Lo Gascon Cercamón es
  una  excepcion,  èra un joglar. Ambé  Bernat de Ventadorn, probablament
  bastard  d´un  senhor, vèn,  escrís Robèrt Lafònt,  « l´apogèu dau cant
  d´amor » e Rambaut, prince d´Aurenja, inventa lo trobar ric. Este poèta
  inversa  tot, seriá un biais de parlar « de l’inversion sexuala, que lo
  trobar a jamai pogut parlar que d´escondons ». 
       Guiraut de Bornelh, perigordan, foguèt « trobador de profession »,
  es l´autor  de l´auba la  pus  celèbra. L´auba  es un  genre literari :
  l´amic que velhava per leis amants, leis avisa que vèn lo jorn e bessai
  lo gelós, valènt a dire lo marit. Arnaut Daniel, mèstre dau trobar ric,
  saludat per Petrarca, trevarà lo Purgatòri de Dante. Inventèt sembla la
  sextina, que lei meteis mots tòrnan d´estròfa en estròfa. 
       Aquèu  que  Mistral  lo  sòna  Folquet  l´Abominable,  Folquet  de
  Marselha  fiu d´un mercant, venguèt puèi avesque de Tolosa que s´illus-
  trèt tristament durant la Crosada albigesa.
       Arnaut  de  Maruelh, en  Dordònha, fuguèt  clerc. Es lo mèstre dau
  salut d´amor.  Bertran de Born,  senhor de  Autafòrt en Lemosín, cantèt
  l´amor e la guerra, Gaucelm Faidit plora la mòrt de Richard Còr de Lion,
  que ne demòra pas que dos poèmas. Pèire Cardenal èra un  nòble d´Auver-
  nhe. « Se B. de Born es lo mèstre incontestat dau sirventès politic, P.
  Cardenal l´es dau sirventés morau ».

       La  Comtessa  de Dia,  filha  d’un senhor provençau e
  qu´auriá maridat quauqu´un de la familha de Peitius, canta
  tanben l’amor e :  « tant me rancur de lui cui sui amia ».
  Azalaïs de Porcairargues plora la mòrt de son amic Rambaut
  d´Aurenja. Castelhoza d´Auvernha, frema de Turc de Mairona
  « és una de les més dotades entre les trobairitz ».
       Pèire Vidal, fiu de mercant tolosan,  « fòu d´amor »,
  vouguèt  tanben èstre  una  « consciéncia  politica de son
  epòca. » Rambaud de Vaqueiràs, fiu  d´un chivalier proven-
  çau, mandèt lo lec de la lirica occitana en Italia. Sordel
  que  nasquèt  a Mantoa,  es lo pus  celebre dei  trobadors
  italians. D´un autre  costat, existisson  nombre de tèxtes
  trobadorescs, principalament en Galicia e au Portugau, que
  lo rei Alfonso III (1248-1279) èra trobador.
  Comtessa de Dia
B.N. Ms. Fr 12473
       « Qu´es advengut dei romans que se congostava lo public dei troba-
  dors ? ». Aquelei ne´n citan. D´entre elei un Roland e Olivier. Demòran
  a despart  de trocets  : Daurel  e Breton, e  Jaufré,  « epopèa clafida
  d´estrambòrd ».  Lei dos en vers.  Barlaam e  Josaphat  es un  roman en
  pròsa, una legenda espirituala.
       Se lei trobadors an de còps cantat l´amor de luènh, Flamenca, dins
  un roman en vers, demandarà, sus  lo conselh de son  aimador, de s´anar
  sonhar ai banhs, solet luec que se pòdan  rescontrar sensa que lo gelós
  va sachesse :

                    « Car Flamenca retornara
                      Als bains tot´ora quan volra,
                      E soven si fara malauta »

I Les origines


Dans un pays de longue romanisation, en relation avec les cultures juives, arabes,
berbères, entre Al Andalous et Loire, Atlantique et Alpes, est née la première littérature
écrite de langue romane, alentours des grands monastères de Limoges et Poitiers.
Comme l’écrit Jean Larzac, au temps où l’occitan ne se parlait pas encore Arles
rayonnait « avec Saint Honorat et ses disciples de l’abbaye de Lérins, et forme avec la
Marseille de Cassien un foyer intellectuel ». Il cite : « Prosper d’Aquitaine et les Bordelais
Paulin de Nole, disciple d’Hilaire de Poitiers, Sulpice Sévère et Ausone qui étudia à
Toulouse ». Et le poète Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont d’Auvergne, et Fortunat,
de Poitiers.
« La littérature d’oc naît sous le triple signe d’amour, joie et jeunesse. » Larzac
énumère « quelques oeuvres sauvées du naufrage », c’est-à-dire principalement de
guerres de conquête menées par des pouvoirs au nom de l’Eglise et de la liberté :
chansons populaires, poésie religieuse, peu d’épopées par rapport à ce qui probablement
fut. Mais « la matière d’Occitanie a donné en ce début de XIIe siècle la plus vivante des
chansons de geste : celle de Girart de Rossilhon. » Le trobar va mourir de la Croisade
albigeoise mais eut un grand rayonnement en France et dans les pays voisins.
Chansons, sirventès (poésie satirique), vies et planhs (déplorations), pièces
dialoguées nous parlent des troubadours. Vies et razons (commentaires) sont en prose.
Le premier troubadour dont nous restent des oeuvres était un grand seigneur,
Guilhem IX de Poitiers, duc d’Aquitaine, grand-père de la reine Aliénor protectrice des
troubadours et des trouvères. Guilhem, souvent gaillard, chante la Dame et l’amour de
loin. Les jongleurs, qui sont au Midi ce que les ménestrels sont au Nord, promenèrent
partout ses chansons car lui ne chantait que pour ses proches.
Le trobar lèu de Jaufre Rudel, prince de Blaye, qui chante l’amour de loin, « coule
de source ». Marcabru, d’un milieu clérical, invente le trobar clus, difficile d’accès et
ornementé. Il est opposé à l’amour courtois et on lui doit la première pastorale connue.
Le Gascon Cercamon est une exception, il était jongleur. Avec Bernard de Ventadour,
probablement bâtard d’un seigneur vient, écrit Robert Lafont, « l’apogée du chant
d’amour » e Rambaut, prince d’Orange, invente le trobar ric (beauté et difficulté). Ce
poète inverse tout, ce serait une façon de parler de « l’inversion sexuelle, dont le trobar
n’a jamais pu parler qu’à termes couverts. »
Guiraut de Borneil, périgourdin, était « troubadour de profession », il est l’auteur
de l’aube la plus célèbre. L’aube est un genre littéraire : L’ami qui veillait pour les amants
les avertit quand vient le jour et peut-être le jaloux, c’est-à-dire le mari. Arnaud Daniel,
maître du trobar ric, salué par Pétrarque, hantera le Purgatoire de Dante. Il semble qu’il
inventa la sextine où mêmes mots reviennent de strophe en strophe. Celui que Mistral
appelle Folquet l’Abominable, Folquet de Marseille, fils de marchand devenu évêque de
Toulouse, s’illustra tristement durant la Croisade albigeoise.
Arnaud de Mareuil, en Dordogne, était clerc. C’est le maître du salut d’amour.
Bertrand de Born, seigneur de Hautefort en Limousin, chanta l’amour et la guerre,
Gaucelm Faidit pleure la mort de Richard Coeur de Lion, dont nous n’avons que deux
poèmes. Pèire Cardenal était un noble auvergnat. « Si B. de Born est le maître incontesté
du sirventès politique, Pèire Cardenal l’est du sirventès moral. »
La Comtesse de Die, fille d’un seigneur provençal et qui aurait épousé quelqu’un
de la famille de Poitiers, chante aussi l’amour et : « tant me rancur de lui cui sui amia »
(je me plains fort de celui que j’aime). Azalaïs de Porcairargues pleure la mort de son ami
Rambaut d’Orange. L’Auvergnate Castelhoza, épouse de Turc de Mairona, « est un des
plus douées des trobairitz » (poétesses).
Pèire Vidal, fils d’un commerçant toulousain, « fou d’amour », voulut aussi être
une conscience politique de son époque. Rambaud de Vaqueiras, fils d’un chevalier
provençal, introduisit la lyrique occitane en Italie. Sordel naquit à Mantoue, c’est le plus
célèbre des troubadours italiens. D’un autre côté existent de nombreux textes
troubadouresques, principalement en Galice et au Portugal dont le roi Alphonse III
(1248-1279) était troubadour.
« Qu’est-il advenu des romans dont se délectait le public des troubadours ? » '65t
qu’ils citent. Parmi eux un Roland et Olivier. Nous restent, à part des fragments : Daurel
et Breton et Jaufre, « épopée enthousiaste ». Ces deux textes sont en vers. Barlaam et
Josaphat est un roman en prose, une légende spirituelle.
Si les troubadours ont parfois chanté l’amour de loin, Flamenca, dans un roman en
vers, demandera sur le conseil de son amant à aller se soigner aux bains, seul endroit où
ils se peuvent rencontrer sans que le jaloux, le mari ne le sache :
                      « Car Flamenca retournera
                        Aux bains dès qu’elle le voudra
                        Et souvent fera la malade ».
Retour Haut de Page Retour Début Article





ACCUEIL XVIe - XVIIIe SIÈCLES
ORIGINES
XIXe-XXIe siècles
BIBLIOGRAPHIE
Illustracions tragudas de Robert Lafont « Histoire et anthologie de la littérature occitane »
Tome I, « L'âge classique », Les Presses du Languedoc, 1997

TRADUCTION EN FRANCAIS EN FIN D'ARTICLE


A l'esquerra : L'ostau dei Nostredames
a St Ròmieu
fotò H. Ayglon


A la drecha : Loís Bellaud de la Bellaudièra
Frontispici de seis òbras, 1595

       Au sègle XVIen lo francés es de fach impausat d´en pertot dins lei
  possessions dau rei. L´occitan demòra, e fins ai primièras deceniás dau
  sègle  XXen, la  lenga de  comunicacion. Fins  au  sègle  XVIIen, aurem
  d´actes oficiaus en òc. As Ais dins la primiera partida dau sègle XVIen
  aurem una  produccion estudiantina, carnavalesca, ambé  Lei Cançons dau
  Carrateyron. Poesia macaronica a l´entorn d´Avinhon ambé Antonius Arena
  e  Joan Germain,  literatura  estudiantina tanben a Tolosa. E a Montpe-
  lhier que Rabelais se n´es pogut inspirar. Tre la fin dau  sègle XVIen,
  l´escritura occitana, en Provença tau coma en Lengadòc eca... se carga,
  per subreviure e se renovelar, lo vestit carnavalesc.
       Joan de Nostredame, fraire dau Nostradamus, dins sei Vies des plus
  celebres et anciens poetes provensaux, publicadas  en 1575, sovent mes-
  sorguier  conta  lei  trobadors  apondènt  d´òbras  sieunas.  Son amic,
  l´istorian  Jules-Raymond  de Soliers,  escriviá  en  latin. L´istorian
  poèta Robert Ruffi (1542-1634) nasquèt a Marselha. Aguèt lo socit d’una
  continuïtat culturala :

                        « Jornaloment, tant may anan,
                          La villo perde proun cado an
                          La libertat s’en va abolida »
A l'esquerra : Chorma de comedians italians
en tenguda de scena
Atribuit a Francés Bunel lo joine,
Besiers, Museu dei Bèlas Arts
Fotò Studio Mimault, Besiers



A la drecha : Godolin, retrach pèr Chalette, vers 1625
Academia dei Jòcs Floraus, Tolosa, C.R.D.P. Midi-Pyrénées
Fotò P. Lasseube

       L´òbra  dau Provençau  Loís Bellaud de la Bellaudièra  (1543-1588)
  acampa lei  motius  essenciaus de  la poetica  baroquisanta  europenca.
  Foguèt un mèstre dau sonet, fòrma poetica nascuda dau trobar en Italia.
  Lei  poesias  de son amic  Pèire Paul  « laissan  adevinar l´existéncia
  d´una vertadiera « Societat literària » ». E lei tèmas dau poèta sordat
  Micheu  Tronc,  que  visquèt  sustot a  Selon, son aquelei de Bellaud :
  « misèrias de la vida de sordat, poesia erotica e languison d´Arcadia ».
  Glaudi Brueys,  de s´Ais, escriguèt de comedias e de poemas de circons-
  tància pareissuts en 1628.
       Lo grand poèta gascon de l´epòca es Pey de Garros (v.1525-v.1583).
  « Après la  revirada gascona  dei Saumes », « P. de Garros  recampa son
  òbra poetica  dins un volum de  Poesias gasconas  que son a l´encòp una
  proclamacion linguistica, un art poetic e  l´ilustracion d´una ambicion
  literària ». Auger  Gaillard  (1540-1593), nascut  en  Albigés,  foguèt
  rodièr,  sordat,  violonaire e poèta abondós  e confús.  Guillaume Ader
  (v. 1570-1638) es l´autor d´un lòng poèma, Lo  Gentilome gascoun, flama
  epopèa.
       Lo Tolosan Pèire Godolin (1580-1649) dins son Ramelet moundi canta
  sa lenga. Aurà, coma Brueys e tant d´autrei, una activitat carnavalesca.
  Joan-Guiraud Dastros (1594-1648), nascut en Lomanha, es un poèta virgi-
  lian qu´escriguèt  tanben  de Novés,  foguèt  disciple de Godolin, coma
  probable Françés de Cortète  (1586-1667), senhor  de Cambes e de Prade,
  autor  de peças  de  teatre. A  Besiers,  entre  1615 e 1657,  teatre a
  l´escasença dau dijòus de l´Ascension, « ponch culminant dei Caritats ».
  Carnaval  ò pas, la tradicion  burlesca  es pas nòva  en Occitania onte
  Joan  de  Valès  publica, a  Tolosa  en 1648,  son  Virgilo  deguisat o
  L’Eneido  burlesco.  Au  sègle  XVIIIen  Joan-Baptista  Fabre  escriurà
  L’Eneido de Celanova. Un cert  Joan Michel contarà gaujosament L’Enbar-
  ras de la Fieiro de Beucaire (1657).
       Per far viure lei decisions dau Concile de Trente, d´avesques man-
  dan de missionaris : Lo Tablèu de  Bertomieu Amilha (1613-1673) es « un
  vertadier  tresaur poetic ». Dins  lo Comtat  lei comunautats  jusievas
  participan tanben a la creacion literària. S´escrivon totjorn de  Novés
  tanben, coma  aqueu dau  canonge  Carles Garin, nascut a  Niça en 1669,
  aquelei de  Nicolas Sabòly (1614-1675). S´escrivon de  pastoralas, tala
  coma  Capiote  en Lemosín, quauquei  mazarinadas bordalesas en occitan,
  dins lo ton dau carnaval e dau  charivari.  Joan de Cabanes (1654-1717)
  compausa  peças de teatre, còntes e racòntes en pròsa, poèmas istorics,
  recuelhs  de  proverbes  e  « biais de dire ».  Joan-Josèp  Cassanea de
  Mondonville, de  Narbona, compausa una pastorala,  Daphnis e Alcimadura
  (1754).
       Lo preire  Joan-Baptista Fabre,  que n´avèm  ja parlat,  nasquèt a
  Sommièras en 1727, fiu de mèstre d´escòla. Escriguèt L´Odyssée d´Homère
  en vers burlesques patois, Le trésor de Substantion, L´Histoïra de Jean
  l´an près... A  Marselha  Joan-Baptista Germain  (1701-1781) publica sa
  burlesca Bourrido dei dioux.
       Lo Marselhés  Francés-Toussant Gros  (1698-1748)  dins son Recuelh
  pren la  defensa de sa  lenga mai « En 1766,  Desgrouais, professeur au
  collège royal de Toulouse, publie une première édition de ses Gasconis-
  mes corrigés, « ouvrage utile à toutes les Personnes qui veulent parler
  et écrire correctement » »...

II Du XVIe au XVIIIe siècle


Au XVIe siècle le français est de fait imposé partout dans les possessions du roi.
L’occitan demeure dans le Midi, jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, la langue
de communication. Jusqu’au XVIIe siècle on aura des textes officiels en oc. A Aix en
Provence, dans la première partie du XVIe siècle, on a une production estudiantine,
carnavalesque, avec Les Chansons du Carrateyron (Petit charretier). Poésie macaronique
autour d’Avignon avec Antonius Arena et Jean Germain, littérature estudiantine aussi à
Toulouse et à Montpellier, dont Rabelais a pu s’inspirer. Dès la fin du XVIe siècle l’écriture
occitane, en Provence, Languedoc et ailleurs, revêt l’habit carnavalesque pour survivre et
se renouveler.
Jean de Nostredame, frère de Nostradamus, dans ses Vies des plus célèbres et
anciens poètes provensaux, publiées en 1575, souvent mensonger parle des troubadours
en incluant là des oeuvres personnelles. Son ami l’historien Jules-Raymond de Soliers
écrivait lui en latin. L’historien poète Robert Ruffi (1542-1634) est né à Marseille. Il avait
le souci d’une continuité culturelle :
« Tous les jours, plus nous allons,
La ville perd fort chaque an
La liberté part abolie ».
L’oeuvre du Provençal Bellaud de la Bellaudière (1543-1588) rassemble les motifs
essentiels de la poétique baroquisante européenne. Ce fut un maître du sonnet, forme
poétique issue du trobar en Italie. Les poésies de son ami Pierre Paul « laissent deviner
l’existence d’une véritable « Société littéraire » ». Et les thèmes du poète soldat Michel
Tronc, qui vécut surtout à Salon, sont aussi ceux de Bellaud : « misères de la vie de
soldat, poésie érotique et nostalgie d’Arcadie ». Claude Brueys, d’Aix, écrivit des
comédies et des poèmes de circonstances qui parurent en 1628.
Le grand poète gascon de l’époque est Pey de Garros (v.1525-v.1583). « Après la
traduction gasconne des Psaumes », « Pey de Garros rassemble son oeuvre poétique en
un volume de Poésies gasconnes qui sont à la fois une proclamation linguistique, un art
poétique et l’illustration d’une ambition littéraire ». Auger Gaillard (1540-1593), né dans
l’Albigeois, fut charron, soldat, violoneux, et poète abondant et confus. Guillaume Ader
(v.1570-1638) est l’auteur d’un long poème, Le Gentilhomme Gascon, superbe épopée.
Le Toulousain Pèire Godolin (1580-1649) dans son Ramelet moundi ( Petit bouquet
[ray]mondain – du nom des comtes de Toulouse ) chante sa langue. Il aura, comme
Brueys et tant d’autres, une activité carnavalesque. Jean-Guiraud Dastros (1594-1648),
né en Lomagne, est un poète virgilien qui écrivit aussi des Noëls, c’était un disciple de
Godolin, comme probablement François de Cortète (1586-1667), seigneur de Cambes et
de Prade, auteur de pièces de théâtre. A Béziers, entre 1615 et 1657, théâtre à l’occasion
du jeudi de l’Ascension, « point culminant des Caritats ». Carnaval ou pas, la tradition
burlesque n’est pas nouvelle en Occitanie où Jean de Valès publie à Toulouse en 1648
son Virgilo deguisat o l’Eneido burlesco. Au XVIIIe siècle Jean-Baptiste Fabre écrira
L’Eneido de Celanova (Celleneuve est un faubourg de Montpellier). Un certain Jean Michel
contera joyeusement L’enbarras de la Fieiro de Beaucaire (1657).
Pour faire vivre les décisions du Concile de Trente, des évêques envoient des
missionnaires : Lo Tablèu de Bertomieu Amilha (1613-1673) est « un véritable trésor
poétique ». Dans le Comtat les communautés juives participent aussi à la création
littéraire. On écrit toujours aussi des Noëls, comme celui du chanoine Charles Garin, né à
Nice en 1669. On écrit des pastorales, telle Capiote en Limousin, quelques mazarinades
bordelaises en occitan, dans le ton du carnaval et du charivari. Jean de Cabannes
(1654-1717) compose des pièces de théâtre, des contes, des récits en prose, des poèmes
historiques, des recueils de proverbes et des « biais de dire » (façons de parler).
Jean-Joseph Cassanea de Mondonville, de Narbonne, compose une pastorale, Daphnis et
Alcimadure (1754).
Le prêtre Jean-Baptiste Fabre, que nous avons déjà rencontré, est né à Sommières
(Gard) en 1722, fils d’un instituteur. Il écrivit L’Odyssée d’Homère en vers burlesques
patois, Le Trésor de Substantion, l’Histoîra de Jean l’an prés... A Marseille, Jean-Baptiste
Germain (1701-1781) publie sa burlesque Bourrido dei dioux.
Le Marseillais François-Toussaint Gros (1698-1748) dans son Recuelh prend la
défense de sa langue mais « En 1766, Desgrouais, professeur au collège royal de
Toulouse, publie une première édition de ses Gasconnismes corrigés, « ouvrage utile à
toutes les Personnes qui veulent parler et écrire correctement » »...
Retour Haut de Page Retour Début Article





ACCUEIL XIXe - XXIe SIÈCLES
ORIGINES
XVIe-XVIIIe siècles
BIBLIOGRAPHIE

TRADUCTION EN FRANCAIS EN FIN D'ARTICLE

A l'esquerra : lo flame libre-CD publicat (2003)
per l'Ostau dau País Marselhés

A la drecha : un libre de referéncia
que lei PUF an suprimit de son catalòg
maugrat de sa capitada (2 reedicions)

       I aguèt, i a una prensa d´òc, e una literatura d´armanac que s´es-
  perlònga per  donar ais  ensenhaires  de tèxts brèus  e modernes de far
  estudiar. Que l´escritura d´òc es necessariament un combat.
       La renaissença de l´escrich d´òc comença ambé Fabre d´Olivet, nas-
  cut a Ganges, que publica  en 1804 son  Trobadour, poésies occitaniques
  du  XIIIe  siècle,  enganada   que  descurbirà  lo  romanista  François
  Raynouard  (1761-1836) nascut a Brinhòlas que publica lei trobadors. Lo
  Bordalès  Joan-Antòni Verdié (1779-1820), un mesquin, aguèt lo sens dau
  grotesc e  Josèp-Rosalinde Rancher (1785-1843) fiu d´un cirurgian, nas-
  cut a Niça, escriguèt una epopèa burlesca, La Nemaïada o sia lou trionf
  dai Sacrestan.
       Lo perruquier  Jansemin d´Agen  (1798-1864), vengut de la misèria,
  es ambé sei Papilhòtas un poèta dau pòple sensible a la condicion femi-
  nina. Fiu d´un  bolangier, lo Marselhés  Victor Gelu (1806-1885),  amic
  dei  Trobaires, brama ambé lo pòple afamat : « Ieu siáu juste : pas tot
  per un ! » « Fòra ! bochiers, gras de nòstra codena ! ».
       « L´escòla marselhesa formigueja ». Citem Fortunat Chaillan (1801-
  1840) e son Gàngui,  Benedit,  Bellot,  Maurel e lei pastoralas. August
  Marin  (1888-1906), poèta de la mar, baileja un  armanac. Lo comerciant
  nimesenc  Antòni Bigòt, (1825-1897), noirit de la Biblia, « es sobretot
  conegut per  sei  faulas ».  Nimesenc  mai  Joan Reboul (1796-1864), lo
  bolangier. Miqueu Camelat (1871-1962)  es « lo grand poèta de la Gasco-
  nha moderna ». Ambé Mancièt que lo veirem totara.
       Lo  Montpelhierenc Aufred Moquin-
  Tandon (1804-1863), botanista e editor
  de  tèxts medievaus, « deviá servir de
  liame  entre lei mitans saberuts e lei
  poètas-obriers  de  tot  lo  país  oc-
  citan ».  Lo  doctor  d´Astròs  (1780-
  1863),  nascut a  Torves, escriguèt de
  faulas. Joan-Josèp  Diouloufet  (1771-
  1840), d´Aguilha, pròchi d´as Ais, èra
  seminarista. Escriguèt  de faulas e de
  Géorgiques provençales. Josèp  Desanat
  (1796-1872), de  Tarascon, foguèt can-
  çonier, èra lo director-redactor  d´un
  jornau en vers.
       « Mai lo sègle XIXen demòra subretot lo sègle de  Frederic Mistral
  (1830-1914) e de la creacion dau Felibrige ». Citem  Mirelha, Calendal,
  Lo Poèma dau Ròse. Maugrat  de l´influéncia  patesejanta  dau  contaire
  Josèp Roumanille (1818-1891), ensenhaire, lo Tresòr dau Felibrige demò-
  ra la clau de l´occitan. Avinhon  èra un centre culturau fòrça viu onte
  Mallarmé  poguèt  rescontrar  Roumanille e probablament  lo grand poèta
  Teodòr Aubanèl  (1829-1886). Aubanèl  aurà tanben de disciples, d’entre
  elei l´Aubanelenca, Marcèla Drutel (1897-1985) e l´arquivista Marselhés
  Pèire  Bertàs  (1864-1950)).  « Romans de granda  qualitat » ambé Felís
  Gras (1844-1901), Josèp d’Arbaud (1874-1950), e lo pintre Valèri Bernat
  (1860-1936). Charloun Rieu (1845-1924)  es celebre per sei cançons. Lei
  poètas  Prosper Estieu (1860-1939) e Antonín Perbòsc (1861-1944) fondan
  en 1919 « L´escòla Occitana » », lo filològ Loís Alibert publica a Bar-
  celona una  gramatica (1935), puei un diccionari. A l´ora d´ara lo dic-
  cionari de  Cristian Rapin, en cors de publicacion, es una deis aisinas
  majoras deis occitanofòns. 

       Emai qu´un molonàs d´autors dau mieg-
  jorn  an  causit lo  francés,  nombrós son
  leis  escrivans d´òc. Quauqueis  uns entre
  lei  principaus : Lei  Lengadocians  Renat
  Nelli (1906-1982) que ne dison : « Erotis-
  me  e  poesia »,  « poesia  clusa » ,  Max
  Rouquette   l´embelinaire,   Leon   Còrdas
  (1913-1987),  poèta e  pintre,  Joan Bodon
  (1920-1975), poèta,  romancier e contaire,
  malaut de sa lenga  mespresada, Max Allier
  (1912-2002)  pintre  e escrivan  marxista.

       Ives Rouquette que dís que la mòrt pòt pas ren sus nosautres, dem-
  puei lo temps que nos vòlon sebelir,  Joan Larzac, preire que la poesia
  es « un caminament de la paraula »,  Rotland  Pecot, lo poèta viajaire,
  Felip  Gardy, poèta,  mèstre  joglar dei mots, l´òme  de teatre  Glaudi
  Alranc. De Provençaus : Pèire  Rouquette (1898-1988) que faguèt coneis-
  ser la cultura catalana a Marselha, Carles Camprós (1908-1994), poèta e
  linguista,  Mas-Felipe Delavouet (1920-1990) « bastissèire de poèmas »,
  Jòrgi Reboul (1900-1993) que lei poòmas fan  « pensar de Nietzsche ò de
  Gide », Jean-Pierre Tevennin, romancier, Sergi Bec, que participèt a la
  còla revolucionaria Action poétique,  Pèire Pessemessa, germanista, ro-
  mancier sensible, Joan-Ives Royer, poèta e contaire, Joan-Ives Casanòva
  ambé son trobar clus.
       « Impossible de rendre  compte de la  literatura occitana  dempuei
  1945 e mai dau  moviment occitanista sensa rescontrar  Robert Lafont »,
  poèta, romancier, linguista...  De Gascons :  Felís Castan (1920-2002),
  escrivan marxista, Pèire Bec, poèta, linguista... Bernat Mancièt que se
  nega de sebelir son país e un fum de joves que començan de publicar.
       « Estranhesa  ambé Marcèla Delpastre que la  poesiá venguèt verta-
  dierament publica ren qu´ambé la parucion, en 1974, dei Saumes pagans ».
  Pagans ò religiós, es de remarcar  que son tradicionaus lei saumes dins
  la literatura d´òc.

III Du XIXe siècle à aujourd’hui


Il y eut, il y a une presse d’oc, et une littérature d’almanach qui existe toujours,
pour donner aux enseignants des textes brefs et modernes à faire étudier. Car l’écriture
d’oc est nécessairement un combat.
La renaissance de l’écrit d’oc commence avec Fabre d’Olivet, né à Ganges, qui
publie en 1804 son Troubadour, poésies occitaniques du XIIIe siècle, supercherie que
découvrira le romaniste François Raynouard (1761-1836) né à Brignoles et qui publie les
troubadours. Le Bordelais Jean-Antoine Verdié (1779-1820), pauvre hère, avait le sens
du grotesque. Joseph-Rosalinde Rancher (1785-1843), fils de chirurgien, naquit à Nice. Il
a écrit une épopée burlesque, La Nemaïada o sia lou trionf dai Sacrestan.
Lo perruquier Jasmin d’Agen (1798-1864), issu de la misère, est avec ses
Papilhòtas un poète du peuple sensible à la condition féminine. Fils de boulanger, le
Marseillais Victor Gelu (1806-1885), ami des Troubaïres, hurle avec le peuple affamé :
« Moi je suis juste : pas tout pour un seul ! » « Dehors ! bouchers gras de notre
couenne ! ». L’école marseillaise fourmillait. Citons Fortuné Chaillan (1801-1840) et son
Gàngui (Filet de pêche), Benedit, Bellot, Maurel et les pastorales. Auguste Marin
(1888-1906), poète de la mer, publie un almanach. Le commerçant nîmois Antoine Bigot
(1825-1897), nourri de lectures bibliques, « est surtout connu par ses fables ». Nîmois
encore Jean Reboul (1796-1864), le boulanger. Michel Camelat (1871-1962) est « le
grand poète de la Gascogne moderne ». Avec Mancièt que nous verrons plus loin.
Le Montpellierain Alfred Moquin-Tandon (1804-1863), botaniste et éditeur de
textes médiévaux, « devait servir de lien entre les milieux érudits et les poètes-ouvriers
de tout le pays occitan. » Le docteur d’Astros (1780-1863), né à Tourves, écrivit des
fables. Jean-Joseph Diouloufet (1771-1840), d’Eguilles, à côté d’Aix, était séminariste. Il
écrivit des fables et des Géorgiques provençales. Joseph Désanat (1796-1872), de
Tarascon, était chansonnier. Il fut directeur-rédacteur d’un journal en vers.
« Mais le XIXe siècle demeure surtout le siècle de Frédéric Mistral (1830-1914) et
de la création du Félibrige ». Citons Mireille, Calendal, Le Poème du Rhône. Malgré
l’influence patoisante du conteur Joseph Roumanille (1818-1891), enseignant, le Trésor
du Félibrige reste la clé de l’occitan. Avignon était un centre culturel très vivant où
Mallarmé put rencontrer Roumanille et probablement le grand poète Théodore Aubanel
(1829-1886). Aubanel aura lui aussi des disciples dont l’Aubanelenca, Marcelle Drutel
(1897-1985) et l’archiviste marseillais Pierre Bertas (1864-1950). « Romans de grande
qualité » avec Félix Gras (1844-1901), Joseph d’Arbaud (1874-1950) et le peintre Valère
Bernard (1860-1936). Charloun Rieu (1845-1924) est célèbre par ses chansons. Les
poètes Prosper Estieu (1860-1939) et Antonin Perbosc (1861-1944) fondent en 1919
l’Ecole occitane ; le philologue Louis Alibert publie à Barcelone une grammaire (1935),
puis un dictionnaire. Aujourd’hui le dictionnaire de Christian Rapin, en cours de
publication, est un des outils majeurs des occitanophones.
Bien que de nombreux auteurs méridionaux aient choisi l’expression française,
nombreux sont les écrivains d’oc. Quelques-uns des principaux : Les Languedociens René
Nelli (1906-1982), dont les historiens disent : érotisme et poésie difficile d’accès, Max
Rouquette l’enchanteur, Léon Cordes (1813-1887) poète et peintre, Jean Boudou
(1920-1975) poète, romancier et conteur, malade de sa langue méprisée, Max Allier
(1912-2002) peintre et écrivain marxiste, Yves Rouquette qui dit que la mort ne peut rien
sur nous, depuis le temps qu’ils nous veulent enterrer, Jean Larzac prêtre dont la poésie
est « un cheminement de la parole », Roland Pécout le poète voyageur, Philippe Gardy
poète, mâitre jongleur des mots, l’homme de théâtre Claude Alranc. Des Provençaux :
Pierre Rouquette (1898-1988) qui fit connaître la culture catalane à Marseille, Charles
Camproux (1908-1994), poète et linguiste, Max-Philippe Delavouet (1920-1990),
« bâtisseur de poèmes », Georges Reboul (1900-1993) dont les poèmes font « penser à
Nietzsche ou a Gide », Jean-Pierre Tévennin, romancier, Serge Bec, qui participa au
groupe révolutionnaire Action poétique, Pierre Pessemesse germaniste, romancier
sensible, Jean-Yves Royer, poète et conteur, Jean-Yves Casanova poète au trobar clus.
« Impossible de rendre compte de la littérature occitane depuis 1945 et même du
mouvement occitaniste sans rencontrer Robert Lafont » poète, romancier, linguiste... Des
Gascons : Félix Castan (1920-2002) écrivain marxiste, Pierre Bec, poète, linguiste...
Bernard Manciet qui refuse qu’on enterre son pays, et puis une quantité de jeunes gens
qui commencent à publier.
Il est curieux que Marcelle Delpastre n’ait été reconnue du public qu’après la
parution de ses Psaumes païens, en 1974. Religieux ou païens, remarquons que les
psaumes sont traditionnels dans la littérature d’oc.
Retour Haut de Page Retour Début Article





ACCUEIL Bibliographie
ORIGINES
XVIe-XVIIIe siècles
XIXe-XXIe siècles

     Pèire Bec
     Anthologie de la prose occitane du Moyen-Age
     Aubanel, Avignon, 1977

     Pèire Bec, Gerard Gonfroy, Gerard Le Vot
     Anthologie des troubadours
     UGE 10/18, Bibliothèque médiévale, Paris, 1979

     Magda Bogin, Alfred Badia
     Les Trobairitz, Poetes occitanes del sègle XII
     Edicions de les dones, Lasal,
     Col-lecció Clàssiques Catalanes, Barcelona, 1983

     Cantalausa
     Aux racines de notre langue,
Les langues populaires des Gaules de 480 à 1080
Culture d´Oc, Saint-Pierre, 12000 Rodez (France) Actes du Colloque littéraire international Les écrivains marseillais, Académie Europe XXI, Marseille, 2001 Philippe Gardy Histoire et anthologie de la littérature occitane, t.II L´âge du baroque ~ 1520-1789 Les Presses du Languedoc, Montpellier, 1997 Une écriture en archipel Fédérop, culture occitane, Eglise-Neuve-d’Issac, 1992 Victor Gelu Œuvres complètes Culture Provençale et Méridionale, Marcel Petit, Raphèle, 1986 Difusion CREDD'OC, Ostau di Petit, Graveson Gérard Gouiran L´amour et la guerre, L´œuvre de Bertran de Born Université de Provence, Aix 1985, dif. Jeanne Lafitte, Marseille Gerard Gouiran et Robèrt Lafont Le Roland Occitan, Roland à Saragosse, Ronsasvals Christan Bourgeois éditeur, 10/18, Bibliothèque médiévale, 1991 Jean-Charles Huchet Nouvelles occitanes du Moyen-Age GF Flammarion, Paris, 1992 Joan Jornòt Bigòt, florilègi IEO Gard, Nïmes, 1980 Robèrt Lafont Histoire et anthologie de la littérature occitane, t. I L´âge classique ~ 1000-1520 Les Presses du Languedoc, Montpellier, 1997 Robert Lafont et Christian Anatole Nouvelle histoire de la littérature occitane PUF, 1970 René Lavaud et René Nelli Les troubadours, Jaufré, Flamenca, Barlaam et Josaphat Desclée de Brouwer ed., 1960 Charles Rostaing, René Jouveau Précis de littérature provençale, Lou prouvençau a l´escolo CIREP, Marseille, 1987 Jean Rouquette / Joan Larzac Istòria de l´Art Occitan Centre Internacional de Documentacion Occitana, Besièrs, 1989 La poésie religieuse occitane Privat, domaine occitan, Toulouse, 1972 La littérature d’oc PUF, Que sais-je ? n°1039, 1963-80 Este obratge subrebon aguèt doas reedicions. Perqué foguèt puèi levat dau comerci ? ? ? Es disponible au CIRDOC, Centre Inter-Regional de Desvolopament de l´Occitan, Place du 14 Juillet, Espace Duguesclin, B.P. 180, 34503 Béziers Cedex F infor@cirdoc.fr ; www.cirdoc.fr Guilhem de Tudela & Anonim La cançon de la Crosada albigesa éditat per : Les Belles Lettres, Les classique de l´histoire de France au Moyen-Age, Paris 1961-76. E lei publicacions de l’Association Internationale d’Etudes Occitanes.


Per se procurar lei libres editats :

Institut d´Estudis Occitans (Diffusion) – IDECO

IEO 04/05 : Espaci Occitan

Consultar tanben Internet ambé lei claus « troubadours » o « trobadors », « occitan » eca...
Veire per exemple :

L´occitan sus lo Net...

L´occitan a l´acadèmia de Montpelher

L´occitan a l´acadèmia de Tolosa

Communications Accessibles Montreal : antologia dei trobadors

Aspèctes de l´Art en Occitania

« Lo siti de Guilhem IX... »

Retour Haut de Page Retour Début Article